Lunetorologisterie

Elle était super en sensiblerie
Vraiment maniérée pour les miniatures
Jolie comme une ourse un peu diablerie
Dans l’imbroglio des mésaventures

Elle embarbouillait les catégories
Glissait sans verglas pleurait de bonheur
En dégingandant dans les galeries
L’insensé refrain dansait sans rancœur

Elle allait partout baiser au hasard
Plantait sa groseille en plein jacuzzi
Elle outrepassait les idées bizarres
En snobant la bouée des paparazzis

Comme elle exhalait les fumisteries
Moi j’ai rigolé pourtant j’étais fier
Le jour où j’appris qu’elle avait ouvert
Une lunetorologisterie

lunetorologisterie

Publié dans : Non classé | le 12 mars, 2016 |Pas de Commentaires »

Gros Sel

La vie est trop salée
Il y a des morceaux
Il faut tout avaler
En jouant du pipeau

La vie est bien trop courte
Elle est toute énervée
Comme un jus de yaourt
Sur un tas de gravier

La vie est fantastique
La vie a plein d’idées
Les doigts qui décortiquent
Une pomme ridée

La vie est impliquée
La vie roule en Vespa
La vie est compliquée
Mais la mort, on n’sait pas

Publié dans : Non classé | le 18 juillet, 2015 |1 Commentaire »

Bouchon Humide

Il ne pleuvait pas
Dans l’embouteillage
J’étais détendu
Puisque je marchais
Je l’ai vue pleurer
Un sanglot tout nu
Son double vitrage
Suintait la pampa

Dans la chaleur crasse
Son air malheureux
Moi j’étais ému
Pourquoi pleurez-vous
Mouillée de partout
Elle a répondu
Parce que mes yeux
N’ont pas d’essuie glace

Briacosaure, Bouchon Humide, Les Barbichettes de L’Hésitation, 2015

Publié dans : Non classé | le 21 juin, 2015 |Pas de Commentaires »

Canapé Canopée

Une obscure clairière ouvrait un canapé
Tu bécotais souvent mon corps tout biscornu
Mon tube émoustillé fixait la canopée
Nous grignotions peinards des abricots charnus

Nous calmions les conflits en nous tripatouillant
L’émotion cutanée frisait tous nos remèdes
Lorsque nous nous jetions des regards trop bouillants
Nous nous amourachions sous un torrent d’eau tiède

Nous dégustions l’instant et ses métamorphoses
Vous étiez toutes belles et nous étions tous beaux
Mon dragon amoureux crachait sa flamme en rose
J’ai rêvé que nous devenions des bonobos

Publié dans : Non classé | le 8 mai, 2015 |Pas de Commentaires »

Cours De La Baignoire

Comme j’avais gonflé privé de sauvetage
Je remontai pieds nus le cours de la baignoire
L’eau était bien trop tiède elle faisait des nuages
Mon canoë-kayak tanguait sans trop d’espoir

Les courants de calcaire me donnaient des frissons
Le savon sans savon frottait mon idéal
Dans le bain très moussant je pêchais des moussons
Quand je vis débarquer la brigade fluviale

Les caméras cachées de l’hydrosurveillance
Prouvaient précisément toutes mes ablutions
L’amiral rédigea une contravention
M’indiquant que la douche était en contresens

Briacosaure, Hiboux Déboussolés, 2014

Publié dans : Non classé | le 11 avril, 2015 |2 Commentaires »

On s’envole

Face au désespérant
Je sortais mon bouffon
Les gens du premier rang
Les paresseux du fond

Les lignes de conduite
Stressaient la corde à linge
Un crachin stalactite
Me grattait les méninges

Quand le vent tournait court
J’avais un parachute
Le souffle de l’amour
Sculptait mon uppercut

Je dépliai mes ailes
J’embrassai vos linceuls
Vous étiez en bordel
Et moi j’étais tout seul

Publié dans : Non classé | le 4 avril, 2015 |1 Commentaire »

Le chant des vacataires

Je suis le nouveau vacataire
A durée indéterminée
Je succède à l’intérimaire
Qui est parti vendredi dernier

Je suis très souvent recruté
En contractuel systématique
Je suis fréquemment congédié
Un jeune licencié dynamique

Je suis le journalier perpétuel
Je suis l’éternel remplaçant
Le salarié occasionnel
Je suis l’intermittent permanent

Je suis le chômeur invisible
Je suis un demi-travailleur
Je suis le tiers temps divisible
Un collectionneur d’employeurs

Je suis le gréviste impossible
Je suis le délocalisé
Le pigiste et le fusible
Abonnés aux périodes d’essai

Je suis le journalier perpétuel
Je suis l’éternel remplaçant
Le salarié occasionnel
Je suis l’intermittent permanent

Je suis toujours le saisonnier
Le même collègue inhabituel
L’hyperactif annualisé
Le cumulard de temps partiels

Je suis le cadre volatile
Je suis l’employé très moderne
Un carriériste sur un fil
Un chef de projets à court terme

Je suis le journalier perpétuel
Je suis l’éternel remplaçant
Le salarié occasionnel
Je suis l’intermittent permanent

Briacosaure, Carrefour De L’Eléphant

 

Publié dans : Non classé | le 1 avril, 2015 |2 Commentaires »

Résilient Résolu

La vie me grattait les antennes
Le vent s’était cassé la voix
Le mythe astiquait ses mitaines
Tout l’avenir semblait narquois

Dans une loupe à moitié pleine
J’ébouriffais mon iroquois
Le sang roulait dans ma déveine
Le piment du premier pourquoi

Mon électron purgeait sa peine
En farfouillant dans son carquois
La flèche à la saveur ancienne
Ma sirène et mon désarroi

Publié dans : Non classé | le 30 mars, 2015 |Pas de Commentaires »

Eclipse

Quand j’étais fatigué je lisais les passants
Les ados déglingués et les vieillards tordus
La couleur des chaussettes et le trou des collants
La bande dessinée des piétons inconnus

J’épiai tous les recoins les peaux les fioritures
L’héroïne ambiguë de mon futur poème
Et je collectionnais les détails miniatures
Les noyaux les pépins les ressorts et la crème

Je cherchais la grimace et les yeux désarmants
Le badaud tapageur et les gens orageux
Mon regard boulimique
Zieutait nonchalamment
L’éclipse du soleil sous un ciel nuageux

Publié dans : Non classé | le 29 mars, 2015 |1 Commentaire »

Le besoin

Vous traînez un vieux chagrin
Vous sortez de chez l’dentiste
Le monde contemporain
Vous semble un peu arriviste
Aujourd’hui ne rime à rien
Hier est chez l’archiviste
C’est que vous avez besoin
De poésie populiste

Vous baillez dans le train-train
Vous manquez à la harpiste
Ça vous pique le tarin
Qu’on tire sur  le pianiste
On vous traite de zinzins
Quand vous êtes utopistes
C’est que vous avez besoin
De poésie populiste

Quand la lumière s’éteint
Que je couve un nouveau kyste
Quand je ris de mes gamins
Quand je me sens nihiliste
La vie me casse les grains
J’étrangle ma to-do liste
C’est que j’ai vraiment besoin
De poésie populiste

On a tous au bout des mains
Des talents d’cruciverbistes
Un souvenir enfantin
Une envie de jeu de piste
Quand on se sent vraiment bien
Quand on se sent un peu triste
On a tous un peu besoin
De poésie populiste

Publié dans : Non classé | le 28 mars, 2015 |1 Commentaire »

L'Actualité, chaque jour |
Creabulle |
Avospages |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Ressources pour l'Acco...
| Kwiky ~ Fiction
| Imagines1d5s0slm